Dr Alexandre Strasny 
_______________  Manuel familial des médecines alternatives   _______________
Un esprit sain dans un corps sain  

Table des matières   Comment se crée la maladie   Devenir son propre naturopathe:  Régime diététique   La purification  La phitothérapie   La physiothérapie   L’acupressure   La bioénergie   Le yoga   Se tourner vers un spécialiste    Diagnostics    La thérapie alternative:   L’acuponcture   Massages   Chiropratique   L’homéopathie   L'hypnose   La psychothérapie  Training autogène   La bioénergie   Musicothérapie    Drôles d’histoires 
___________________________ 

Comment se crée la maladie ?

Qu’est-ce que la maladie ?    
Au cabinet de consultation d’Hippocrate  
Que répondrait le médecin ayourvédique ?  
         
Demandons aux Chinois !     
Le point de vue du prêtre chrétien      
Le Lama peut-il nous aider ?     
Qu’en dit le spécialiste en bioénergétique ?    
Que diagnostiquerait le Dr Freud ?    
La loi de Parkinson      
                                                             Le principe de Peter    
 
                                                            
Synthèse  

                                                                Qu’est-ce que la maladie ?

    Posons la question à l’institution médicale la plus compétente de notre planète, l’Organisation Mondiale de la Santé. Selon la définition de l’OMS, la maladie équivaut à un manque de santé. Cette définition de la maladie est extrêmement courte et peu précise. 
   
À l’inverse, l’OMS définit la santé comme un état de complet bien-être physique, mental et social, et qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. Même si cette formulation est plus longue, elle n’en reste pas moins floue. 
   
Il semble que définir la maladie relève d’une entreprise aussi difficile que fournir la définition de l’amour. Malgré cela, nous pouvons affirmer que dans la grande majorité des cas, la maladie se présente sous la forme d’inflammation, de dégénérescence, de spasme ou d’une quelconque néoformation dans l’organisme. L’inflammation est ce qui, dans les analyses médicales, se termine généralement en “ -ite ”, comme par exemple la gastrite, la pancréatite ou l’amygdalite. On appelle dégénérescence l’apparition de tissus anormaux à la place des tissus sains. C’est le cas par exemple de la dégénérescence calcaire ou dépôt de calcaire sur les vertèbres, ou encore de la cicatrisation du myocarde après un infarctus. Le spasme n’est autre que la contraction d’organes caverneux, tels que les vaisseaux sanguins, la vésicule biliaire ou les bronches. Quant aux néoformations, elles se présentent sous la forme de tumeurs bénignes ou malignes. Bien que cette définition n’englobe pas la totalité des maladies (comme par exemple les maladies psychiques et génétiques), elle est tout de même plus compréhensible que le simple “ manque de santé ”. 
   
À partir de cette définition, dans la majorité des cas la santé correspondrait donc à l’inexistence dans notre organisme d’inflammation, de dégénérescence, de spasme ou d’une quelconque néoformation. Toutefois, la santé ne se résume pas en général à l’inexistence de maladie, mais à un état biologique, psychologique et social complexe. 
   
Voyons à présent quelles idées principales existent sur l’essence et les causes de la maladie.


                   Au cabinet de consultation d’Hippocrate

Si nous avions pu réussir à être reçu par Hippocrate, ce dernier nous aurait dit ceci :

Le mélange incorrect des humeurs – le sang, le phlegme et la bile – est la cause de votre maladie. La bonne santé et la maladie sont la conséquence du mélange respectivement correct ou incorrect des humeurs et c’est la nature qui se charge de leur équilibre. La cause de ce déséquilibre réside dans votre mode de vie. Je vous prescris l’arme la plus efficace dans l’art de guérir : la diète. Si cela n’y fait rien, je vous donnerai des médicaments, vous déclencherai une diarrhée ou des vomissements, ou encore procèderai à une saignée.

Si j’étais à la place du patient, je croirais peut-être que la cause de ma maladie se trouve dans mon style de vie et mon alimentation incorrects. Sans doute le père de la médecine européenne détenait-il la vérité ?


                   Que répondrait le médecin ayourvédique ?

    Le mot sanskrit Ayurvéda, procédé thérapeutique indou, signifie la “ connaissance de la vie ”. Si les médecins ayurvédiques connaissent effectivement la vie, l’origine de nos maladies ne leur sont peut-être pas inconnues. Écoutons ce que nous dit le naturopathe indou :

    Trois forces déterminant notre santé circulent dans notre corps : l’air, la bile et l’humeur. Une alimentation irrégulière, un sommeil insuffisant, une surcharge physique et mentale, ainsi qu’un langage fort perturbent l’équilibre de l’air dans notre corps. 
   
Si un quelconque élément renverse l’équilibre de l’humeur, cela provoque une indigestion et la perte d’humeur endommage la structure corporelle entraînant un affaiblissement de l’organisme. 
   
Je classe toutes les maladies dans quatre groupes : les maladies résultant d’un traumatisme, les maladies physiques (tumeurs, inflammations, obstructions), les maladies psychiques (colère, peur, haine, paresse, infélicité) et les maladies “ naturelles ” (congénitales et celles liées à l’âge). Nous soignons les traumatismes par une opération et des pansements, les maladies physiques à l’aide de médicaments, les maladies psychiques par voie de méditation et de sages conseils, et les maladies liées à l’âge par un régime alimentaire, de boisson et de sommeil approprié.

    Finalement, les explications du naturopathe indou se rapprochent de celles d’Hippocrate.

                                     Demandons aux Chinois !

    Si l’on questionnait le naturopathe chinois sur la cause de nos maladies, celui-ci nous répondrait ainsi :

    La cause de toute maladie réside dans la perturbation spontanée du flux d’énergie “ tchi ”. Le “ tchi ” possède trois sources : les parents, la nourriture et l’air. Le “ tchi ” reçu des parents se loge dans les reins. L’Âme humaine, le “ chen ”, qui fait circuler le sang, règne dans le cœur. La rate assure la montée de l’énergie par un canal vertical, tandis que l’estomac et le foie en assurent la répartition. L’énergie qui est en nous, appelée “ tchi ”, est constituée de deux pôles : positif, le “ yang ” et négatif, le “ yin ”. Tout va bien si les deux pôles sont en harmonie, c’est-à-dire que le yang et le yin s’équilibrent réciproquement et se complètent. Nous sommes alors en bonne santé. En revanche si le yang et le yin sont en dissonance, la maladie se forme. Votre maladie correspond à une stagnation ou un manque d’énergie dans l’un des méridiens. 
   
Mais nous procédons de la même façon avec notre “ tchi ” défensif. S’il est fort, il est alors capable de réparer seul les lésions formées dans notre organisme. Si en revanche l’influence des facteurs troublant le flux d’énergie est faible ou trop forte, alors la maladie se développe et pénètre dans les organes internes.

    Mais quels facteurs peuvent troubler le flux énergétique ? demandez-vous.

Six éléments : l’air, l’humidité, la sécheresse, le chaud, le froid et la chaleur.

    Sans doute aurions-nous dû naître Chinois pour réussir à comprendre tout cela.

 

pap.gif (2019 bytes)                       Le point de vue du prêtre chrétien

    Le prêtre chrétien répondrait ainsi à notre question :

    Notre Père, Dieu tout puissant, a créé le ciel et la terre, la totalité du monde qui nous est visible. Mais il a également créé le monde invisible que nous ne percevons ni par la vue, l’ouie ou le toucher, ni par l’odeur ou le goût. À ce monde invisible appartiennent les forces du bien et du mal, qui se disputent notre âme. Au contact des forces du mal se réveillent les souffrances physiques et les passions, formant les maladies.

    Alors pour quelle raison les criminels ne sont-ils pas les seuls à tomber malade ? La réponse à cette question a été fournie par un patient qui était curé :

    L’homme peut tomber malade pour plusieurs raisons. Si sur cent portes nous n’en fermons qu’une, pouvons-nous affirmer que le voleur ne pourra pas pénétrer dans la maison ?


                                   
Le Lama peut-il nous aider ?

    Selon la philosophie bouddhiste, notre présente vie n’est autre que l’un des maillons composant la chaîne de la réincarnation. Quoi que nous ayons été au cours de nos précédentes vies, les germes de nos maladies actuelles se transmettent par le karma. Si nous arrivons à éloigner ces germes, nous recouvrons notre santé :

    Tout au long de sa vie, chaque homme rencontre nombre de maladies. Un jour ou l’autre, même l’homme le plus heureux tombe malade, vieillit et meurt. Simplement, les gens ne savent pas comment préserver leur bonheur, de quelle manière surmonter la souffrance, car plusieurs milliers d’effets nocifs exercent une influence sur certains d’entre nous, comme la convoitise, la passion, l’envie, la haine, la folie, la rancune, l’égoïsme, la quête de la richesse matérielle. Par conséquent, il existe plusieurs milliers de maladies. Même si nous paraissons en bonne santé, nous souffrons presque toujours de quelque chose et sommes donc tous, dans telle ou telle mesure, malades. Bien que nous ne ressentions pas la maladie et que les symptômes ne soient pas encore apparus, nous la portons cachée en nous. 
   
La maladie est un signal rouge qui montre que l’homme “ ne prend pas la bonne direction ”. Nous l’avons jusqu’ici toujours conçue comme une catastrophe et essayé de l’éliminer, alors qu’à proprement parler, elle indique les erreurs commises et contribue ainsi à une délivrance.



                       
Qu’en dit le spécialiste en bioénergétique ? 

    Concernant les causes des maladies, le bioénergéticien dirait ceci :

    L’homme est entouré par une enveloppe d’énergie, l’aura. Cette enveloppe remplit plusieurs fonctions, dont celle de protéger l’organisme contre les éléments extérieurs nocifs. À cause d’un élément extérieur, le flux d’énergie se trouve modifié, donnant naissance à la maladie.

    Quels sont les éléments extérieurs nocifs ? demanderiez-vous.

    Pas le froid, ni le chaud, ni même les produits toxiques arrivés dans notre organisme à travers l’air pollué ou une nourriture de mauvaise qualité. Les éléments extérieurs nocifs sont les paroles et actes des personnes qui nous entourent. Les succès, l’amour et l’affection de nos proches apportent une charge positive et renforcent notre champ d’énergie. Les mots et gestes diffuseurs d’énergie tels que l’apathie, le rabaissement, le mensonge, l’offense, l’indifférence correspondent à une provocation énergétique consciente ou inconsciente et agissent de manière négative ou suffisamment nocive. Ceci est d’une part en soi dangereux, et d’autre part déchire dans notre aura de grands pans d’énergie protectrice positive. Mais l’aura est capable de se purifier elle-même des impuretés énergétiques : en effet, tous les jours nous rencontrons des personnes différentes et, en le voulant ou non, nous recevons d’elles une charge positive et négative. Dans le cas où l’influence est assez forte, ou du moins assez prolongée, si par hasard quelque chose nous a affaibli, que nous ne sommes pas en forme, alors notre aura se fissure de “ trous ” au travers desquels les impuretés énergétiques pénètrent dans notre corps, troublant le flux d’énergie et prenant la forme d’une maladie. 
   
Comment cela évolue-t-il ? Au début, l’impureté énergétique qui vient seulement de pénétrer dans notre corps a une fonction d’“ information de maladie ”. Si nous ne pouvons à temps soustraire cette information négative de l’organisme, il en résulte un noyau d’énergie endommagée. Nous avons tous cachés en nous des noyaux indolores d’énergie endommagée. Nous ne les sentons pas. Ils ne peuvent être constatés ni cliniquement, ni à l’aide d’un microscope, ni même avec un autre diagnostic. Il peut arriver que passent des jours, des semaines, des mois, des années sans qu’ils ne donnent de leurs nouvelles ; mais tôt ou tard – sans raison particulière ou sous l’effet d’un stress, trauma, rhume – ils se mettent à s’activer. À ce moment-là, le noyau d’énergie endommagée provoque des troubles fonctionnels dans l’organisme. Pour l’instant, le diagnostic médical ne peut les démontrer, mais les méthodes alternatives d’exploration des maladies peuvent déjà les découvrir. Sans traitement thérapeutique approprié, ce genre de trouble fonctionnel peut se dégrader en une altération organique ou encore en noyau d’inflammation, de dégénérescence, de spasme ou de tumeur.

 

                Que diagnostiquerait le Dr Freud ?

    Si nous demandions à Sigmund Freud son avis sur nos maladies, il répondrait ce qui suit :

    Nos maladies peuvent sans exception s’expliquer par des processus psychiques inconscients. L’état pathologique est causé par le souvenir inconscient d’un traumatisme psychique vécu antérieurement, voire plusieurs années auparavant. Sans doute avons-nous oublié le trauma lui-même, mais en se transmettant dans l’un des organes à travers le système nerveux végétatif, celui-ci a formé la maladie. Pratiquement chaque maladie peut se développer ainsi : hypertension, ulcère à l’estomac, asthme, myome ou encore migraine, dystonie neurovégétative et insomnie. Si nous réussissons à localiser le traumatisme psychique ayant provoqué le mal et que nous arrivons à l’effacer de la psyché, nous pourrons alors nous libérer de la névrose, donc de la maladie physique elle-même.

    Pour illustrer ce qui figure ci-dessus, Sigmund Freud pourrait nous raconter le cas rencontré par son collègue et aîné, le docteur Breuer, d’une malade qui n’osait pas boire d’eau. Afin d’en rechercher la cause, le docteur Breuer a effectué une hypnose sur cette dame. Il s’est avéré que la patiente avait dans le passé vu le chien des voisins boire de l’eau dans un verre. La dame avait été prise de dégoût à l’idée que les voisins puissent éventuellement lui offrir à boire dans ce verre. Toutefois, la dame qui était de bonne éducation n’a alors pas réagi de manière visible à ceci. Oubliant d’ailleurs par la suite cette affaire, quelque temps après elle est devenue incapable de boire dans aucun récipient que ce soit. Après une nouvelle séance d’hypnose, c’est seulement dans cet état que la dame a accepté de boire de l’eau et en conséquence a pu être guérie de son hydrophobie. 
   
Dans ce qui précède, nous avons pris connaissance de quelques théories traditionnelles concernant la formation des maladies. Ceci étant, aucune conception n’a pu répondre à la question de savoir “ pourquoi la maladie s’est-elle déclarée maintenant et en moi ? ” Cyrill Parkinson et Lawrence Peter vont à présent nous dire ce dont à proprement parler nous nous doutons. Il est à noter qu’aucun des deux n’est médecin.


                                         
La loi de Parkinson

    Toutes les femmes au foyer passent par des moments de lassitude et de désespoir, mais si elles les partagent avec quelqu’un, leurs problèmes s’envolent tout de suite. Il existe cependant des périodes pendant lesquelles il n’est pas si simple de combattre l’ennui et le chagrin. Dans ce cas, parmi les nombreuses solutions offertes, la plus simple est de tomber soudainement malade. Les microbes sont toujours à l’affût, et lorsqu’elle doit être malade, la victime même inconsciemment pose alors les armes. Afin d’éviter tout malentendu, nous devons souligner qu’il ne s’agit en aucune manière de simulation. Le malade se sent effectivement mal, les symptômes sont véritables, l’évolution de la maladie est habituelle et les complications correspondent également à ce qui figure dans les ouvrages usuels. Si ce n’est que la situation est telle que rien ne serait arrivé si le malade n’avait pas inconsciemment donné son accord. 
    La maladie peut en partie s’expliquer par un besoin de repos, comme elle peut exprimer une forme d’échappatoire aux problèmes. Pendant que le malade reste couché, il ne se libère pas uniquement de toutes ses tâches quotidiennes, mais s’échappe également de sa personnalité habituelle. Il joue un tout autre rôle que d’habitude, comme celui du martyre, dont l’exemple héroïque enthousiasme les autres. Pâle et faible, mais plus saint que tous les martyres et plus courageux que tous les héros. 
    Bien entendu, le héros a besoin d’un public. Il doit exister quelqu’un qui voit et exprime sa compassion lorsque, après une poussée de fièvre, le malade affiche un faible sourire. Tout ceci requiert un public – infirmières, médecins, proches – et plus il est important, mieux c’est. Une personne au minimum doit alors être nécessairement présente, sans quoi cela n’aurait aucun intérêt. Et ce public constitué d’une personne au minimum est, dans la plupart des cas, le mari ou la femme. Rien ne menace plus la paix familiale que de voir la personne concernée ne pas jouer son rôle tel qu’il est écrit dans le scénario. 

   
Une des règles de la relation matrimoniale veut qu’à un moment donné, seule l’une des parties a le droit d’être malade. Celui qui commence à se plaindre en premier devient prioritaire, tandis que l’autre est tenu de rester en bonne santé jusqu’à ce que l’imaginaire feu de circulation ne passe au vert. Il arrive évidemment que certains enfreignent la règle et veuillent griller le feu rouge. L’arme utilisée à ce moment-là pour la verbalisation peut par exemple se résoudre au dialogue suivant :

- Oh, Pierre, je me sens mal, j’ai des vertiges, je vais m’évanouir…
- Moi aussi je me sens mal, Nicole, ça me fait la même chose qu’à toi. On devrait peut-être boire une petite goutte de cognac ?
- J’ai la nausée.
- Moi, pareil ! C’est sûrement la salade de fruits de mer. J’ai tout de suite senti qu’elle avait un drôle de goût.
- Je ne sens presque plus mon cœur battre, mon pouls est irrégulier…
- Comme moi ! Ça doit provenir des problèmes de digestion.
- Je ne sais pas si je vais survivre à cette nuit. Mon Dieu, aidez-moi à surmonter cette douleur à la poitrine qui va me tuer…
- Quoi ! ? Toi aussi tu ressens la même chose ? Je crois que j’ai fait un infarctus…
- Je n’en peux plus. Il faut que je me couche.
- Je vais également m’allonger. Mais avant, tu veux bien appeler le docteur ?

    La situation au cours de laquelle cet échange a lieu est évidemment irréelle. Le mari et sa femme ne peuvent tomber malade en même temps. Le comportement de Pierre est révoltant, sa femme ayant commencé la première à se plaindre. Au moment où Nicole a prononcé les mots “ je me sens mal, j’ai des vertiges… ”, Pierre aurait dû répondre à ce signal par : “ Allonge-toi un peu, je vais t’apporter une tasse de thé ”. Mais lui, se fichant de cette obligation, se lance dans un discours sur son propre malaise imaginaire. Chaque chose en son temps. Aucun mari ne peut avoir l’audace de tomber malade pendant que sa femme l’est. 
   
Cyrill Parkinson nous rappellerait vraisemblablement qu’un homme dans la force de l’âge et qui n’a aucune maladie mortelle vit plus ou moins jusqu’autant qu’il le souhaite, tout le temps que quelque chose l’intéresse, et meurt finalement quand il en a plus qu’assez de tout ou qu’il se lasse.


                                    Le principe de Peter

    D’après Lawrence Peter, chaque salarié gravit les échelons de l’échelle professionnelle tant qu’il n’atteint pas la hauteur de l’incompétence dans ses rapports physiques, sociaux, étiques, affectifs ou intellectuels. Cela arrive lorsque le niveau s’avère beaucoup trop élevé pour celui qui est assigné. Si une personne vivant dans un environnement modeste, et qui gère ses biens propres de manière réfléchie et intelligente, hérite du jour au lendemain d’un gros patrimoine, elle peut se voir incapable de l’administrer financièrement. Une personne faisant preuve de compétence dans la hiérarchie militaire ou politique peut, contre toute attente, s’avérer incompétente si d’un poste exécutif elle est nommée à une fonction dirigeante. Un éminent scientifique, désigné pour diriger un projet, peut se révéler être un directeur inapproprié. Ce genre de promotion produit d’ordinaire des résultats inattendus dans la mesure où elle nécessite de la part d’une personne des vertus dont elle n’avait nul besoin durant sa progression antérieure. 
    Si un fonctionnaire arrive à un rang de l’échelle où il n’est plus compétent, il devient alors incapable d’effectuer un travail fructueux. Tout ceci bien entendu ne signifie absolument pas que celui ayant atteint l’échelon le plus élevé par rapport à lui-même – comme on dit : la réussite – et qui est donc finalement arrivé au plus haut de sa carrière, passe soudain d’un jour à l’autre du statut de main-d’œuvre qualifié à celui de bon à rien. Pas du tout ! Il souhaite d’ailleurs en général continuer de travailler. Il croit parfois qu’il travaille effectivement, bien que les efforts qu’il produit s’avèrent beaucoup moins efficaces. 
    Lorsque tôt ou tard ce genre de fonctionnaire s’aperçoit de son inefficacité, il commence alors à souffrir. J’ai constaté – écrit Peter – chez les personnes ayant “ réussi ” la fréquence d’ulcères, colites (inflammation du gros intestin), inflammations de la muqueuse du côlon, hypertension, constipations, coliques, polyuries (sécrétion excessive d’urine), prédispositions accrues à l’alcoolisme, suralimentation, embonpoint, manque d’appétit, allergies, hypotension, crampes, insomnies, fatigue, irrégularités du pouls et autres maladies du système cardio-vasculaire, migraines, nausées et vomissements, douleurs au ventre, vertiges, troubles menstruels, cornement (bourdonnements d’oreille), transpiration des mains, des pieds et des aisselles, eczéma d’origine nerveuse et impotence. Toutes ces maladies sont typiques de la “ réussite ” et peuvent apparaître indépendamment de maladies organiques. 
    Les malades souffrant du “ Syndrome du Terminus ” affirment que leur inaptitude professionnelle est rattachée à leurs problèmes physiques. “ Si je pouvais me débarrasser de ces maux de tête, je pourrais enfin me concentrer sur mon travail. ” Certains médecins prennent ce genre de conclusions pour argent comptant et procèdent à un traitement sans toutefois en rechercher les causes. Ils prescrivent des médicaments, décident d’une méthode thérapeutique, laquelle peut éventuellement apporter de bons résultats, mais momentanément. 
    Les bons conseils du genre “ Prenez les choses à la légère ! ”, “ Ne forcez pas autant ! ”, “ Apprenez à vous relaxer ! ” ne sont d’aucun soutien. Ce type de réconfort n’aide en rien du tout. Beaucoup de ceux qui souffrent du Syndrome du Terminus sont malades car ils ont conscience de ce qu’ils sont peu productifs sur leur lieu de travail. 

   
Dans une catégorie particulière se trouvent les médecins qui, en auscultant un malade souffrant du Syndrome du Terminus, ne constatent aucun problème organique et tentent de persuader le patient que celui-ci se porte bien. “ Croyez-moi, tout va bien. Il vous suffira de prendre ce calmant. ” “ Cessez de vous inquiéter. Tout cela n’est que de l’imagination. Ce sont vos nerfs qui ne vont pas bien. ” Ces bons conseils à long terme ne valent rien non plus. Le malade sait qu’il ne va pas bien, et si le médecin pense autrement, c’est pire. Il s’en suit alors que le malade perd confiance et s’en va trouver un autre médecin “ capable de découvrir sa maladie ”.


                                                                            
Synthèse

    À partir des approches énumérées précédemment, les conclusions suivantes pourraient être tirées : nous ne pouvons que supposer pourquoi nous avons attrapé une maladie donnée, et aucun professeur ou “ para-phénomène ” n’est capable de fournir à cette question une réponse claire, concrète, univoque. L’humanité tente de définir ce qu’est la maladie comme un aveugle de se représenter un éléphant en tâtonnant. 
   
La cause de la maladie réside vraisemblablement dans le simple fait que l’homme n’est pas un être parfait et de nature stable. Tout comme la tempête, l’orage et le beau temps. Toutefois, le fait que les hommes ignorent qu’en l’absence de maladies graves, leur vie serait relativement longue ne dérange aucunement nombre de nos consorts. Essayons de savoir comment pourrions-nous également nous retrouver dans ce groupe. 
    Pour ce faire, nous devons avant tout nous battre de manière active contre la maladie, sans s’en remettre exclusivement à un médecin ou un naturopathe. 
    Les physiologistes ont effectué l’expérience instructive suivante. Après avoir placé des chiens parmi un groupe de chats, ils ont pris la tension et le pouls de ces derniers. Chez les chats ayant répondu au défi en sifflant de manière menaçante sur les chiens, leur tension et leur pouls s’étaient accélérés. Mais dès que les chiens ont été retirés, leur rythme est redevenu normal. Dans ce cas précis, l’hypertension a correspondu à une réaction végétative naturelle. En revanche, les chats qui, à l’arrivée des chiens, s’étaient de manière passive terrés dans un coin en miaulant plaintivement, ont conservé une hypertension durant une longue période. Dans ce cas par conséquent, l’hypertension n’a pas rempli une fonction d’adaptation, mais a reflété un dérèglement du mécanisme d’autorégulation. Par la suite, la tension est constamment restée haute. 

   
Les maladies sont comparables aux chiens, elles attaquent généralement ceux qui en ont peur. Si nous défions la maladie, parce que nous sommes actifs les mécanismes autorégulateurs de notre organisme entrent en action. Si nous sommes en revanche passifs et que nous nous contentons de nous plaindre de notre malchance et de la négligence du médecin, alors, comme le disent les Chinois, nous affaiblissons notre “ tchi ” défensif et tomberons sans cesse malade. 

    La clé de notre santé est entre nos mains ! Si vous en êtes convaincu, tournez la page au chapitre suivant.

Dr Alexandre Strasny 
_______________  Manuel familial des médecines alternatives   _______________
Un esprit sain dans un corps sain  

Table des matières   Comment se crée la maladie   Devenir son propre naturopathe:  Régime diététique   La purification  La phitothérapie   La physiothérapie   L’acupressure   La bioénergie   Le yoga   Se tourner vers un spécialiste    Diagnostics    La thérapie alternative:   L’acuponcture   Massages   Chiropratique   L’homéopathie   L'hypnose   La psychothérapie  Training autogène   La bioénergie   Musicothérapie    Drôles d’histoires 
___________________________ 

      Le texte  figure ici à titre promotionnel.  Il ne saurait faire l’objet (même en partie) de copie ou de publication sans l’autorisation expresse de l’auteur.   
       Dans le cas où vous souhaiteriez émettre un quelconque avis (suggestions, remarques, etc.),  veuillez l’envoyer à l’adresse suivante de l’auteur:  
                                                                     
Alexandre Strasny : alestra69gmail.com
     Je vous prie de m’excusez de ne pas pouvoir donner de consultation via Internet. 
     Je pense que vous trouverez la majorité des réponses à vos questions dans ce livre : consultez-le bien attentivement. 

                                                                                Acheter livre  

                                                                            Home