Dr Alexandre Strasny 
_______________  Manuel familial des médecines alternatives   _______________
Un esprit sain dans un corps sain   

Table des matières   Comment se crée la maladie   Devenir son propre naturopathe:  Régime diététique   La purification  La phitothérapie   La physiothérapie   L’acupressure   La bioénergie   Le yoga   Se tourner vers un spécialiste    Diagnostics    La thérapie alternative:   L’acuponcture   Massages   Chiropratique   L’homéopathie   L'hypnose   La psychothérapie  Training autogène   La bioénergie   Musicothérapie    Drôles d’histoires 
___________________________ 

Les thérapies supra-parallèles  

    Dans les chapitres précédents, j’ai décrit de quelle manière les procédures de traitement alternatif aidaient à nous débarrasser de nos maladies. À présent, je souhaiterais dire quelques mots sur les procédures qui peuvent éventuellement aider, sinon au moins amuser.

Musicothérapie        Show-thérapie       Sexe thérapeutique

                    Musicothérapie

    La musique est l’expression de l’ordre régnant et de l’harmonie du macrocosmos. Elle apporte le même ordre et la même harmonie au microcosmos. 
  
                                                                     Pythagore

    Le rapport qui existe entre la musique et le traitement curatif remonte à des milliers d’années. Les sorciers, les magiciens, les chamans travaillaient aussi avec des instruments de musique. Nous savons d’après l’Ancien testament que le roi David, en jouant de sa harpe, a guéri le roi Saül de sa dépression. C’est en particulier dans la Grèce Antique que la musicothérapie s’est épanouie. Ce n’est pas le fait du hasard que de tous les dieux, Apollon était le seul à remplir trois fonctions : il était le dieu du soleil, de la guérison et de la musique. Les médecins de la Grèce Antique s’efforçaient avec la musique de provoquer chez leurs patients une catharsis – réaction émotionnelle déclenchant une crise de larmes ou de bonheur –, laquelle engendrait une purification spirituelle et énergétique profonde.
   Par quels sentiments êtes-vous envahi lorsque dans une église vous écoutez la mélodie d’un orgue ou d’un chœur ? La musique spirituellement poignante aiderait-elle à se purifier, s’élever plus haut, se rapprocher de Dieu ? La musique n’exerce pas seulement une action sur les émotions, les sentiments et l’humeur. En passant par le conduit auditif, elle arrive jusqu’au cortex. De là, elle se propage dans les centres sous-corticaux, dans la moelle épinière, et ensuite dans le système endocrinien et dans le système neurovégétatif. Les centres énergétiques du corps, c’est-à-dire les chakras et les points biologiquement actifs réagissent eux aussi aux ondes sonores. Ce processus est semblable à la transmission cybernétique d’informations.
   La musique arrive à exprimer ce que les paroles ne peuvent pas : les mots doivent être analysés, c’est-à-dire interprétés “ correctement ”, tandis que la musique ne nécessite aucune analyse. La musique est “ plus compréhensible ” que le langage. Même un petit enfant saisit le rythme et la mélodie avant les mots. Dans l’opéra de Strauss, intitulé Capriccio, une phrase dit : “ Prima la musica, dopo le parole ” (“ La musique avant, les paroles après ”). La musique agit plus profondément dans le psychique que la parole, et ne soulève pas d’opposition ou de préjugés. Les lecteurs ont certainement déjà remarqué comment les films emploient la musique de fond. Lorsqu’il ne se passe rien de particulier sur l’écran, la musique nous informe que “ maintenant il va se passer quelque chose ” ou que les acteurs principaux “ s’aiment ”, ou encore que “ l’homme s’en va pour toujours ”. L’action ne nous laisse pas comprendre de manière claire, au moment où il claque la porte derrière lui, s’il est parti travailler ou seulement descendu chercher des cigarettes, mais la musique – à laquelle le spectateur ne porte aucune attention – exprime qu’il “ est parti pour toujours ”.
   La musique n’explique pas tant le sens des choses que leur énergie. Une musique bien trouvée suscite l’effet attendu sur tout le monde, sans tenir compte du sexe, de l’âge, de la formation, de la culture. Il n’existe qu’un seul groupe sur lequel la musique ne provoque aucun effet thérapeutique : les musiciens professionnels. Dans une formation musicale ou pendant l’exercice de leur profession, la plupart d’entre eux “ perdent ” leur dévouement réactionnel lié à l’énergétique de la musique. À l’écoute d’une œuvre musicale, en le voulant ou non, ils commencent à l’analyser : par exemple, les accords principaux de septième, les modulations, les reprises. Tel le chirurgien qui s’émerveille non pas devant la beauté d’une fille, mais devant celle de sa rate ou de son appendice.

 
   Que soigne l’“ injection musicale ” ?

    Il vous est sans doute déjà arrivé qu’en entendant une musique de fond vous commenciez involontairement à battre la mesure, à hocher de la tête. Le système circulatoire et la respiration y réagissent de la même façon inconsciente. Une expérience a prouvé qu’après l’arrêt du magnétophone, le pouls des individus examinés s’était modifié, tout comme la pause observée entre l’inspiration et l’expiration.
   Le rythme est un élément de notre vie. Jours et nuits, flux et reflux, printemps et automne, réveil et sommeil, travail et repos, biorythme quotidien, phases émotionnelles, physiques et intellectuelles caractérisent notre vie entière, y compris les organes internes, le système hormonal et nerveux, ainsi que le flux d’énergie traversant les méridiens. Grâce au caractère rythmé des processus biologiques se déroulant dans notre organisme, nous économisons une quantité importante d’énergie à laquelle nous devons l’ordre régnant dans notre corps ainsi que notre santé. De même, le rythme musical – à travers l’équilibre du rythme biologique – favorise l’utilisation économe de l’énergie et l’harmonie du corps.
   Chacun possède son propre rythme. Celui-ci est déterminé par la constitution et les facteurs héréditaires, et se concrétise par le rythme caractéristique d’un individu. Si nous tombons malade, c’est notamment la cassure de ce rythme individuel qui provoque des perturbations du flux d’énergie.

    Voulez-vous déterminer votre “ taux de névrose ” ?

    Oui ? Pour ce faire, taper sur la table avec vos deux index, comme le faisait auparavant le tambour du village. Si vous n’éprouvez aucune difficulté à pratiquer cet exercice en rythme (pour les hommes, 110 battements par minute, pour les femmes, 120), cela signifie que votre rythme individuel – par conséquent la cadence de vos processus biologiques – est normal. Si vous ne pouvez battre la mesure en rythme, vous êtes alors névrosé.
   Ne vous chagrinez pas. Contentez-vous plutôt d’écouter de la musique plus fréquemment. La réception de la musique crée une harmonie dans tout votre corps. Le fait d’écouter de la musique enraye les mécanismes du stress, rééquilibre le bio-champ, et par ce biais vous rend équilibré, stable du point de vue émotionnel et bien portant.

 
    Avec quoi nous soigner ?

    Bien entendu, n’écoutez que des musiques qui vous plaisent réellement. Une musique douce et endormante calme. Prenons en exemple la Sonate Clair de Lune de Beethoven ou n’importe quelle nocturne lente de Chopin. Les touches blanches et noires représentent une bonne transition entre la réalité et la magie, tandis que la haute fréquence des notes jouées lentement au piano agit sur nous comme une douche rafraîchissante.
   La guitare – en particulier si ses cordes retranscrivent des œuvres comme Cantabile de Paganini, Petite musique de nuit de Schubert, Rêves d’amour de Liszt ou encore du Vivaldi – fait remarquablement disparaître les tensions émotionnelles.
   Si vous êtes fatigué, mettez une musique non pas “ qui bouscule ”, mais qui agit sur vos émotions. D’un point de vue énergétique, le son du violon et la musique sacrée sont ce qui recharge le mieux.
   Si vous êtes dans un état dépressif, vous devez mettre quelque chose d’“ optimiste ” – un menuet de Händel, le troisième mouvement de Carmen de Bizet, ou encore du Mozart. Il est également très bien de commencer la journée non pas avec le journal télévisé, mais avec une musique élevée, aérienne – la suite intitulée “ Matin ” dans Peer Gynt de Grieg, “ Avril ” des Quatre saisons de Tchaïkovski ou Chanson de printemps de Mendelssohn.
   Vous n’êtes évidemment pas obligé de n’écouter que de la musique classique. La musique légère est aussi appropriée pour ce faire. À partir des expériences musicales que j’ai accumulées durant ma pratique, j’ai finalement constaté que la musique classique était celle qui dégageait le meilleur effet, accélérant considérablement le processus de guérison.

    À présent, pour continuer sur la méthode thérapeutique musicale, sortons de la fosse d’orchestre pour monter sur scène.

 

                                            Show-thérapie

    Chaque méthode thérapeutique alternative est une sorte de jeu. Si c’est un jeu, alors chacune des séances est une pièce de théâtre de moindre dimension. La seule différence réside en ce que l’objectif du show miniature n’est pas de divertir, mais de guérir.
   Toutes les pièces sont pourvues d’un scénario unique. Toutefois, la pièce de théâtre thérapeutique en possède deux. Le naturopathe imagine le premier, le patient le second, et chacun, durant la séance, tente de suivre son propre scénario. Mais étant donné qu’ils ne coïncident pas complètement, l’improvisation joue un grand rôle dans le jeu d’acteur se déroulant au cours de la séance. Si le naturopathe ne sait pas improviser et suit aveuglément son propre scénario, c’est qu’il est un mauvais acteur, un réalisateur sans talent et un spécialiste exécrable.
   La pièce de théâtre que représente une séance individuelle se compose des deux acteurs formant le public, le naturopathe et le patient. En séances de groupe, le nombre de spectateurs est conforme à celui du groupe. Sur une scène réelle, la thérapie se déroulant devant de nombreux spectateurs diffère radicalement des deux autres.

    Show hypnotique

    Ceux qui ont déjà eu l’occasion d’assister à ceci n’ont, je pense, observé que les apparences, soit le comportement ridiculement étrange du spectateur hypnotisé. Je vais maintenant révéler aux lecteurs le secret qui consiste à savoir comment hypnotiser un public.
   Sachant que seuls 10-15% des gens peuvent facilement être hypnotisés, l’hypnotiseur les “ repère ” au début du spectacle. Dans ce but, le “ maestro ” fait le test suivant : il demande aux spectateurs d’entrecroiser très fort leurs doigts, et leur suggère qu’ils sont à présent collés et ne peuvent se décoller que s’il en donne l’ordre. Ceux qui ont effectivement les doigts “ collés ” sont ensuite invités à se présenter sur scène. Ce test fournit le “ contingent ” approprié au spectacle de l’hypnose.
   Sur la scène, l’hypnotiseur fait ensuite passer au groupe des épreuves de plus en plus approfondies. Il leur suggère de tomber sur le dos ou d’avancer vers ses mains “ devenues aimants ”. Les personnes du groupe qui ne sont pas assez “ magnétisables ” sont renvoyées dans la salle par le maestro. Celles qui restent ne sont que des sujets super-hypnotiques. Ils sont comme du “ beurre à tartiner ”, c’est-à-dire qu’ils verront et feront seulement ce que l’hypnotiseur leur ordonne : chasser un papillon, fuir un serpent, éclater de rire ou en larmes, manger une tarte au fromage blanc ou chanter à la manière de Michael Jackson. Les pieds collés par terre, à la question “ Comment vous appelez-vous ? ” que leur suggère l’hypnotiseur imperceptiblement, ils répondent “ Sophia Loren ” ou “ Louis de Funès ”.
   Et si tout se passe comme une lettre à la poste, les spectateurs commencent alors à croire qu’on les prend pour des imbéciles : l’hypnotiseur a sûrement consulté au préalable les personnes se trouvant sur scène. Non, mesdames et messieurs ! Personne ne prend qui que ce soit pour un imbécile. Seuls les amateurs débutants emploient des personnes “ intégrées ”. Les vrais magiciens n’ont aucunement besoin d’“ auxiliaires ”. Tout ce qui est visible sur scène n’est que pure réalité : une hypnose.
   Évidemment, le show hypnotique n’a aucun effet thérapeutique, étant donné qu’il n’est pas un “ médicament ” en soi, mais une démonstration.

    Show de l’“ exorciste ”

    Cent à cent cinquante spectateurs sont suffisants pour une séance d’hypnose. Parmi ceux-ci sont choisies huit ou neufs personnes, particulièrement faciles à hypnotiser et qui sont prêtes à participer au spectacle. Dans le “ show de l’exorciste ” en revanche, ce nombre de spectateurs n’est pas suffisant. Afin de choisir parmi la foule une douzaine de “ possédés ”, il faut au moins mille, voire quelques milliers de spectateurs. C’est la raison pour laquelle ce genre de curiosité est rare et nécessite généralement d’être organisée dans une salle de sport ou un stade.
   Pour commencer, un présentateur d’une imposante physionomie annonce aux spectateurs la naturopathe comme la célèbre magicienne, puis “ aux sons de la fanfare ”, Elle apparaît en personne sur scène. Après une brève introduction, l’“ exorciste ” lève le bras, en réaction de quoi quelques individus à différents points de la salle commencent à hurler, sont secoués de convulsions, crient à l’aide et autres stupidités du genre. La “ magicienne ” explique qu’ils sont malades car “ le diable les habite ” et qu’elle va “ chasser le démon qui est en eux ”.
   Bien entendu, les spectateurs assis près des “ possédés ” tremblant de peur et de nervosité entraînent tout de même les malheureux sur la scène. La magicienne pose sa main “ magique ” sur leur front, et regardez, miracle ! Le malade revient à lui, le “ diable ” étant à présent supposé le laisser tranquille. (Il est sûrement parti habiter quelqu’un d’autre, parce que finalement, il ne va pas habiter dans la rue !)
   Le diable a-t-il vraiment possédé ces gens ? Les lecteurs vont certainement sourire, mais il les a vraiment possédés. Le maléfice ou l’envoûtement est une sorte d’auto-programmation. La personne dans laquelle “ se trouve le diable ” y admet la présence possible du démon, ou pour ainsi dire se programme pour cette éventualité : dans son inconscient, il s’agit de la pure vérité. Nous ne pouvons la convaincre du contraire, tout comme la personne qui affirme que, pour elle, un temps pluvieux est le meilleur qu’il soit.
   La réussite du show nécessite que soient également assises dans la salle quelques personnes qui ne se contentent pas seulement de croire que le diable les habite, mais qui sont par la même occasion des sujets faciles à hypnotiser. Car sans tomber en état de transe, personne ne hurlera ni ne se tordra de convulsions. Cela dit, les chances dans ce cas ne sont pas de 10% comme pour le show hypnotique, mais de 1% au plus.

    Autres types de shows

    Hormis les hypnotiseurs et les magiciens, les naturopathes aussi ont l’habitude de se produire devant des spectateurs – bioénergéticiens, chiropracteurs, psychothérapeutes. Les spectacles ont pour même et unique but de présenter la rapidité et l’efficacité avec lesquelles ils peuvent délivrer les gens de leurs maladies.
   Le show se déroule de la manière suivante : suite aux paroles d’introduction d’après lesquelles les malades invités mettent sur un piédestal le “ faiseur de miracles ” ainsi que sa “ méthode ”, le maestro présente sa science. On appelle sur scène des personnes qui ont à ce moment précis mal quelque part – à la tête, au dos ou à l’estomac. Le magicien met en pratique tout ce qu’il sait : il fait des gestes magiques, remet en place les os, effectue un massage par point. Et le miracle arrive ! La plupart des malades présents sur la scène voient leurs douleurs disparaître.
   Le secret réside en ce que la guérison est beaucoup plus facile lorsque le patient est une personne qui n’a pas peur de se produire en public. Cela dit, parmi les sujets montés sur scène, quels sont ceux qui se sont déjà trouvés, même une seule fois, sous le regard d’une bonne douzaine, voire une centaine de spectateurs ? Plus que vraisemblablement, aucun. C’est pourquoi, une telle situation inhabituelle rend la transe plus facile à provoquer et l’organisme a être plus aisément mobilisé, laissant les mécanismes d’autorégulation entrer en fonction de manière plus rapide et plus efficace. De plus, si le naturopathe fait une ou deux charlataneries, le succès est garanti.  

Sexe thérapeutique

    Freud a observé que pour calmer les bébés qui hurlaient, certaines nounous impudiques leur caressaient les parties génitales. Si cette méthode est efficace chez un nouveau-né, elle l’est d’autant plus chez les adultes. Afin de diminuer la fatigue, le stress, la nervosité, l’insomnie, ainsi que guérir différents types de névroses et de maladies psychosomatiques, le meilleur remède n’est pas l’homéopathie, la bioénergie ou le training autogène, mais – comme vous vous en doutez sûrement déjà, cher lecteur – le sexe. La thérapie par le sexe ne nécessite pas de se tourner vers un naturopathe. Les séances peuvent être poursuivies gratuitement avec votre mari ou votre femme, votre amant ou votre maîtresse, à la maison ou chez des invités, dans les buissons ou sur la banquette arrière d’une voiture… Le nombre et la durée des séances ne sont pas impartis, le plaisir en revanche est garanti.
   Même le massage le plus banal n’est pas uniquement de nature physique, mais également de nature érotique. Bien, mais s’il n’est pas des plus banals ? Il n’est sans doute pas si rare de voir des masseurs (homme ou femme), en contrepartie d’un tarif spécial, offrir certains services intimes aux patients (femme ou homme), c’est-à-dire leur faire atteindre l’orgasme en leur caressant les zones érogènes. Parmi les hommes, en particulier, nombre sont ceux qui suivent volontiers cette thérapie.
   Martin Shepard
, psychiatre américain, diffuse publiquement la “ communication ” sexuelle entre le psychothérapeute et le patient, ainsi que les patients entre eux. Le psychothérapeute Paul Bindrem, à l’initiative de la thérapie de groupe déshabillé, affirme que la “ révélation ” du corps découvert brise les barrières entre les hommes, fait diminuer le sentiment d’isolation de l’individu, et par ce biais offre le sentiment de liberté. Il est vrai qu’on ne proclame pas le sexe en tant que partie principale de la guérison, mais il reste présent et on le recommande ouvertement comme un facteur important dans le processus de psychothérapie de groupe. L’une des parties du training, par exemple, consiste à diviser le groupe en couples. L’un des couples se retire pendant quinze minutes dans une pièce séparée, tandis que ceux qui restent doivent imaginer ce qu’ils y font tous les deux.

    L’un de mes collègues m’a raconté un cas encore plus curieux que celui-ci, toujours sur le thème de la thérapie de sexe (je ne révèlerai pas son identité pour des raisons compréhensibles). Ce collègue avait une patiente qui souffrait d’une phobie de la syphilis. Elle était convaincue qu’elle avait une maladie vénérienne, bien que plusieurs examens aient conclu à un résultat négatif. Qui sait tout ce que mon collègue n’a pas tenté pour traiter son cas ! Il l’a admise en psychothérapie en lui suggérant sous hypnose qu’elle était guérie de sa phobie de la syphilis, lui a planté des aiguilles d’acuponcture un peu partout, en vain. La patiente croyait dur comme fer qu’elle était syphilitique. Malgré tout ceci, elle a conduit un jour involontairement le naturopathe à la bonne solution : “ Même vous, docteur, vous ne seriez pas disposé à passer une nuit avec moi, car vous ne croyez pas vous non plus que je suis saine ! ” “ Mais si, j’en suis tout à fait disposé ! ” – a répondu le médecin. Et il a suffit d’une nuit pour guérir définitivement cette femme de son problème.

Dr Alexandre Strasny 
_______________  Manuel familial des médecines alternatives   _______________
Un esprit sain dans un corps sain  
 

Table des matières   Comment se crée la maladie   Devenir son propre naturopathe:  Régime diététique   La purification  La phitothérapie   La physiothérapie   L’acupressure   La bioénergie   Le yoga   Se tourner vers un spécialiste    Diagnostics    La thérapie alternative:   L’acuponcture   Massages   Chiropratique   L’homéopathie   L'hypnose   La psychothérapie  Training autogène   La bioénergie   Musicothérapie    Drôles d’histoires 
___________________________ 

      Le texte  figure ici à titre promotionnel.  Il ne saurait faire l’objet (même en partie) de copie ou de publication sans l’autorisation expresse de l’auteur.   
       Dans le cas où vous souhaiteriez émettre un quelconque avis (suggestions, remarques, etc.),  veuillez l’envoyer à l’adresse suivante de l’auteur:  
                                                                     
Alexandre Strasny : alestra69gmail.com
     Je vous prie de m’excusez de ne pas pouvoir donner de consultation via Internet. 
     Je pense que vous trouverez la majorité des réponses à vos questions dans ce livre : consultez-le bien attentivement. 

                                                                                Acheter livre  

                                                                            Home